fleche   Retour à la page des guides

Habillement et Système Multicouches

 

Lorsque l'on part en extérieur sur une période plus ou moins longue, il est important de connaitre le système de thermorégulation du corps humain et de s'habiller en conséquence afin de parer à toutes les éventualités, chaud, froid, humidité etc. Pour régler la température du corps et évacuer la transpiration, on applique le principe d'habillement des trois couches.



En Théorie :

Sur le corps humain, on peut perdre jusqu'à 40% de sa chaleur corporelle avec la tête, 20% avec le cou puisque nous avons au niveau de la jugulaire deux grosses artères, et 20% avec le tronc qui abrite nos organes primordiaux.

Le reste du corps comme les extrémités reste important, mais n'est pas primordiale pour le système circulatoire, ventilatoire et neurologique.

Des vêtements de plein air doivent donc répondre à ces critères de thermorégulation :

       • Isoler le corps contre le froid

       • Être déperlant et résister au vent

       • Maintenir leurs capacités isolantes même mouillés

       • Permettre une bonne circulation de l'air pour laisser l'humidité s'échapper du corps

       • Être légers, résistants et durables, flexibles et compacts.

 

Cependant, aucun vêtement à lui tout seul ne peut répondre à toutes ces critères. C’est là qu’entre en action la superposition des vêtements. La superposition la plus performante est un système à 3 épaisseurs différentes, chacune avec un rôle et des fonctions particulières. La solution la plus simple et répandue est composée d’une couche à même la peau dite de transfert, une deuxième couche isolante et enfin une couche extérieur pour protéger de la pluie et du vent.

Au lieu de vous encombrez de vêtement chaud et souvent lourd et encombrants, je vous recommande de prendre des vêtements plus légers et polyvalents qui peuvent être portés de différentes manière suivant les conditions météo.

 

 En Pratique :

Première couche : couche de base ou de transfert :


La première couche, celle que l'on porte à même la peau, est la plus importante et pourtant très souvent négligée. Elle doit garder la peau sèche en évacuant l'humidité aussi vite que possible afin d'éviter la sensation de froid due à l'évaporation de cette dernière. Cette couche est un sous-vêtement fonctionnel qui assure un rôle thermique, et repose souvent sur le caractère hydrophobe des fibres utilisées (polypropylène, polyester, acrylique). Ces propriétés permettent un séchage rapide du vêtement, ce qui est pratique aussi pour le nettoyage sur le terrain. Cette couche va donc garder la peau sèche par temps chaud et vous isoler par temps froid.

Surtout n’utilisez pas de tee-shirt en coton comme couche de base. Avec le coton, tant qu’il reste sec il n’y aucun problème. Cependant, lors d’activités en extérieur il est très difficile de rester sec, que ce soit à cause de la météo, de la transpiration ou autre. C’est un problème. Le coton absorbe l’humidité et ne l’évacue pas vers l’extérieur, ce qui signifie que notre peau reste toujours au contact de l’humidité et l’on a froid. De plus notre corps aura besoin d’énormément d’énergie pour évaporer cette humidité, et on aura froid, que l’on rajoute une ou dix couches de vêtements par-dessus, c’est là que se trouve le risque d’hypothermie et de mort.

 

La couche de base idéale doit évacuer la transpiration rapidement, absorber le moins possible d’humidité et sécher rapidement.


Nos sous-vêtements Coolmax : http://www.lesurplus.com/catalogsearch/result/?q=coolmax

 

Seconde couche : couche intermédiaire, isolante ou de chaleur :


La couche intermédiaire est la plus polyvalente des épaisseurs. Elle à deux fonctions, d'une part laissé passer la transpiration et d’autre part assurer l’isolation, c’est-à-dire retenir la chaleur de notre corps en emprisonnant l’air, car ce dernier est un parfait isolant. Pour cela on utilise le plus souvent la fibre polaire. Les vêtements synthétiques de type polaire sont les plus souvent utilisés. En plus d’assurer le transfert de l’humidité à la couche externe et de sécher plus rapidement comparé aux vêtements en duvet par exemple, ils ont l’avantage primordiale de garder leur propriétés thermorégulantes.

Les pulls en laine (ou laine Merinos) sont aussi très efficaces en tant que couche isolante. La laine garde sa propriété isolante même mouillée. Voilà pourquoi les marins portent depuis toujours de gros pulls en laine.

Par temps froid et durant les soirées, cette seconde couche peut être composée de plusieurs vêtements superposés. Ce sera un avantage sur le plan de l’isolation thermique et de l’adaptabilité suivant les conditions rencontrées.


La couche intermédiaire idéale doit tenir chaud, même lorsqu’elle est mouillé, transférer l’humidité à la couche externe et doit sécher rapidement.


Nos pulls et pantalons polaire : http://www.lesurplus.com/equipement-militaire/vetements-militaires/pulls-sweats.html



Troisième couche : couche externe ou protectrice


La dernière couche est la couche la plus chère et la plus technique. Elle est destiné à vous protéger contre le vent et l’humidité extérieur (pluie, neige, brouillard), d’évacuer la transpiration et de vous protégez contre les agressions extérieurs (coupures, abrasion…).

Rappelez-vous les K-Way étanches qui provoquaient cet effet sauna. Votre transpiration n’était pas évacuée, vous et vos vêtements étaient humides et il y a de grandes chances que dès que vous vous arrêtiez, vous aviez froid.

 Aujourd’hui, il existe plusieurs manière d’obtenir un vêtement imperméable et respirant. Le plus souvent, une membrane imperméable (de par sa construction) est laminée sur le tissu du vêtement (le matériau extérieur). La couche imperméable est toujours laminée à l’intérieur du vêtement de par sa fragilité d’un point de vue technique. Le tissu en contact avec l’extérieur lui, assure la protection contre les agressions extérieures.

Rien ne sert d’éviter la pluie de pénétrer cette couche si c’est pour être trempé de transpiration. Si l’investissement dans une couche externe avec membrane imper-respirante est trop considérable pour vous, faites attention pendant l’effort afin de transpirer un minimum en ajustant la couche intermédiaire et en ventilant au niveau du cou, des aisselles, etc.

 

La couche externe idéale doit protéger du vent, de l’humidité extérieure et évacuer l’humidité intérieure.


Nos blousons, vestes : http://www.lesurplus.com/equipement-militaire/vetements-militaires/vestes-blousons.html et nos imperméables : http://www.lesurplus.com/equipement-militaire/vetements-militaires/impermeables.html



Pour les jambes et les extrémités :


Au printemps, en automne et en été, un pantalon imper-respirant est amplement suffisant. Un pantalon comportant du synthétique séchant rapidement va permettre de sécher rapidement en limitant l’inconfort. Pour l’hiver, rajoutez en dessous un collant ou pantalon stretch bien adapté aux conditions plus fraiches et la haute altitude, voire un sur-pantalon déperlant en couche extérieur.

 Pour les mains, il est intéressant de fonctionner aussi par couches. Même si des gants de ski sont souvent suffisant, l’utilisation d’un sous-gant en soie ou polyester, avec une paire de gants/des moufles chaudes de type polaire et une sur-moufle étanche et coupe-vent (pour les grosses conditions hivernales) sera une combinaison qui permet d’affronter une multitude de températures.

 Quant aux pieds, il existe de très bonnes chaussettes thermorégulantes qui laisseront votre pied respirer. Cependant on perd plus de chaleur par le haut du corps par effet de cheminée (convection). Une écharpe ou un cache cou réduira bien plus efficacement les pertes thermiques s’opérant au niveau du cou par radiation et par convection.




Adaptabilité du système multicouche  :

 

Comme on l’a vu, il est possible de cumuler plusieurs couches intermédiaires entre la couche de base et la couche externe par temps froid. Cela va aussi dépendre des situations, des phases d’efforts ou d’arrêt, des envies et expériences de chacun, et surtout des conditions météorologiques. Connaître les principes de base de la méthode des trois couches vous permettra de vous adapter du mieux possible. Utilisez vos vêtements intelligemment pendant la marche, les pauses ou au campement, cela vous évitera d’avoir trop froid, trop chaud et d’être mouillé. Cette méthode est utilisable autant pour le haut du corps que pour le bas, mais aussi les extrémités (mains, tête, pieds).

 

fleche   Retour à la page des guides