fleche   Retour à la page des guides

Trucs et Astuces en Randonnée (Préparation)

 

Que l'on soit militaire ou adepte de randonnée et sortie dans la nature, la préparation est une étape indispensable par laquelle l'on doit passer. Le risque zéro n'existe pas, et lorsqu'on se retrouve seul, ou même à deux ou trois à des kilomètres de toute civilisation, il est nécessaire d'avoir un minimum de connaissances et d'équipement pour se sortir d'une situation délicate, voire de survie. Se préparer, c'est se doter des outils et des vêtements qui permettent de faire face à n'importe qu'elle urgence. 

Partout dans le monde, on apprend aux soldats des forces spéciales un ensemble de pratique de survie, qui s'étend de la bonne attitude mentale à adopter, aux moyens de faire du feu ou de fabriquer un abri. Dans une telle situation d'urgence, la règle d'or est de ne pas paniquer.

Avant chaque sortie, établissez si possible un plan de route. Si vous ne savez pas exactement où vous allez, définissez un périmètre à ne pas dépasser et prévenez au moins une personne de là où vous allez, et quand est-ce que vous comptez être de retour. Ainsi, si un problème survient et que vous ne rentrez pas, on saura où vous chercher.

 

 

1. S'abriter

 

Qui n'a jamais connu les trombes d'eau qui vous prennent par surprise, ou un orage apocalyptique qui engloutie le ciel lors d'une randonnée ? Si la nature vous oblige à vous abriter, il existe plusieurs solutions, qui bien sûr dépende du terrain sur lequel vous vous trouvez, mais aussi du matériel en votre possession.

 

Les grottes

 

Attrayantes au premier abord, les grottes, ou les anfractuosités de roche peuvent vite devenir dangereuse si on ne prend pas quelque précautions. La première chose à faire lorsque vous désirez jeter votre dévolue sur une grotte, est de vérifier si aucun animal n'y a élu domicile.

Une fois cela fait, examiner soigneusement les parois à l'aide d'une torche, pour révéler de possibles faiblesses structurelles pouvant vous mettre en danger. Si c'est une grotte profonde, n'hésitez pas à jalonner votre parcours à l'aide de roches ou cailloux à formes distinctes, il est très facile de perdre ses repères dans un environnement comme celui-ci.

Une fois que vous êtes certains de pouvoir vous abriter sans danger, faite un feu à l'entrée pour éloigner les animaux et vous chauffer, en prenant garde à ne pas vous enfumer.

 

Poncho / Tarp / Bâche


poncho to

 

      En plus de vous garder au sec, ainsi que votre matériel, le poncho est habit intéressant car il est possible de l'utiliser comme un tarp (ou une bâche) pour se fabriquer un abri. 

      Certains ponchos destinés aux activités outdoor, comme le Poncho Ripstop TOE possède des œillets qui facilitent sa transformation en abri. 

 

     Si vous n'avez que vos vêtements sous la main, il est très facile, avec un peu de connaissances et de techniques de construire rapidement un abri afin de se protéger des intempéries avec un simple poncho, comme le montre les illustrations ci-dessous :

 

abri tarp poncho

 

Dans le même genre, la couverture de survie vous permettra de fabriquer un abri de fortune. Elle ne pèse rien, et il est toujours intéressant d'en avoir deux dans son sac lorsque l'on part en randonnée. Elle pourra aussi vous protéger contre l'hypothermie, qui, malgré ce que l'on peut croire, est l'une des principales causes de décès parmi les personnes pratiquant ce genre d'activités.

 

2. Prévention des risques

 

Hypothermie : Elle survient quand l'organisme perd d'avantage de chaleur qu'il n'en produit. Survient dans les endroits froids, ou lors de grandes variations de températures (journée chaude, nuit froides).

Les symptômes : Frissons, fatigue et somnolence.

Prévention / Solution :

Rester au sec et au chaud (voir : Habillement et système multicouches)

Si vous êtes mouillé, mettez des vêtements secs. Si vous n'en avez pas, déshabillez-vous, et couvrez-vous avec une couverture. Mieux vaut être sec et avoir froid, que rester mouillé et congeler.

Protéger vous du vent et couvrez-vous la tête et le cou, on perd 70% de notre chaleur corporelle par là.

Manger et buvez pour retrouver de l'énergie.

Ne vous asseyez pas sur une surface froide (rocher), mais isolez-vous.

Si vous avez très froid mettez vous dans votre sac de couchage. 

 

Hyperthermie : Elle survient après une trop longue exposition au soleil.

Les symptômes : Etourdissements, nausées, vomissements, sudation excessive, maux de tête et, occasionnellement de la somnolence.

Prévention / Solution

Rechercher un coin à l'ombre et abriter vous

Asseyez-vous, et reposez-vous.

Ventiler votre visage, et rafraichissez-vous.

Un Keffieh, ou shemagh mouillé sur la tête permettra de vous rafraichir, rajouter une casquette par-dessus pour ralentir l'évaporation de l'eau et rester au frais plus longtemps.

 

Déshydratation : Elle survient lorsque vous ne buvez pas suffisamment. Peut-être causée par une transpiration importante, canicule, effort physiques, diarrhée et vomissements, ou certaines maladies comme le diabète.

Les symptômes : Fatigue, bouche sèche, urines foncées, maux de tête

Prévention / Solution  :

Boire de l'eau très régulièrement, peu mais souvent. Les boissons gazeuses ou énergétiques, ou café ne désaltèrent pas, la majorité sont des diurétiques qui accélèrent la déperdition en liquides corporels.

Vous avez soif, buvez de l'eau. 3 Litres d'eau en une journée de randonnée en moyenne.

Si vous consommez des encas, ou fruits secs, sachez que votre corps devra les réhydrater pour les digérer, alors manger et buvez ensuite.

Les poches d'hydratation incorporées au sac sont idéales, avec un tube sur l'une des bretelles vous pouvez boire en marchant.

 

                          Sac à dos hydratation OPEX 2,5 L                                              Réservoir Hydratation 2,5L ou 3L

                          sac hydratation            sac hydratation

 

 

3. L 'eau

 

Vous trouverez souvent des sources sur le bord des sentiers. Sinon, ne buvez surtout pas l'eau des ruisseaux, ou des lacs. Elle est polluée d'une manière ou d'une autre.

 

Purification / Filtration

La méthode la plus simple pour purifier de l'eau est de la faire bouillir. Le seul inconvénient est qu'il faut du temps et de la chaleur. Laissez la en ébullition quelques minutes, ensuite versée la d'un récipient dans l'autre, pour l'aérer, et cela plusieurs fois, pour lui rendre son goût. Buvez sans inquiétude.

A l'aide d'une pompe à travers un filtre au charbon par exemple, très efficaces, mais chère et volumineux.

Il existe aussi des comprimés, mais en plus de donner un gout à l'eau, il faut attendre entre 15mn et 1 heure pour qu'ils éliminent toute trace de chlore et d'iode.


Il n'est jamais agréable de boire de l'eau chaude... Mais sachez que dans un état de survie, boire de l'eau froide est un désavantage. Votre corps devra dépenser des calories pour réchauffer l'eau afin qu'elle atteigne votre température corporelle. Hors, si vous buvez de l'eau tiède, votre corps n'a pas besoin de réchauffer cette eau, et donc ne dépense pas d'énergie inutilement.

 

Ne transporter pas votre eau dans une bouteille en plastique trop fragile, elle tombe et vous ne pouvez plus boire. Préférez l'utilisation de gourdes en aluminium, ou les poches souples de sac à dos.

 

4. A chacun son rythme

 

La bonne allure est de 3 à 5 kilomètres par heure, sur sol ferme et plat.

Si vous pouvez marcher et parler en même temps sans toutefois tenir une conversation, c'est la bonne cadence.

Si vous haletez, alors ralentissez. Un podomètre peut être utile, car il permet de régler votre allure.

 

Les enfants jusqu'à 7 ans


Jusqu'à 3ans, sur le dos des parents !

A partir de 4 ans, il est recommandé de ne pas dépasser un kilomètre par année d'âge (4ans = 4km, 5ans = 5km, etc...)

Avec des petits enfants, ne pas franchir la barre des 2500 m d'altitude.

 

De 8 à 12 ans

 

Des sorties de 10 kilomètres sont envisageables.

En groupe les enfants marchent mieux.

Les adolescents qui sont en pleine croissance ont des besoins alimentaires plus importants que les adultes.

 

Les Seniors

 

La marche préserve le capital osseux.

Elle fait travailler l'appareil cardio-vasculaire.

Des sorties régulières sont préconisées.

Un bilan médical est recommandé.

 

Les bâtons de marche

Ils facilitent les montées, permettent de sonder le sol et limitent les contraintes mécaniques imposées à vos genoux.

Ils peuvent vous aider à réaliser un abri, avec l'aide de votre poncho ( par exemple ).

Légers et pliables, ils peuvent être accrochés au sac à dos pour passer un obstacle délicat.

 

Pour régler la longueur de vos bâtons de marche :

Multiplier le chiffre de la taille de la personne en centimètre par l'indice : 0,66. (exemple :  Je mesure 175cm. 175 x 0.66 = 115.5cm. La taille de vos bâtons sera approximativement 115cm).

Si les poignées collent aux mains, car vos bâtons vieillissement, recouvrez-les de bandes utilisées pour les raquettes de tennis, ou de paracorde (par exemple).

 

 

5. S.T.O.P - Vous êtes perdu !

 

Les raccourcis

C'est la manière la plus rapide pour se perdre (surtout en forêt). Si vous vous écartez du sentier et le perdez de vue vous vous exposez à tourner en rond.

Et puis la dénivelée reste la même, vous ne gagnerez pas de temps mais de la fatigue. Emportez toujours une boussole, et une carte si possible !

 

Vous êtes perdu ! Appliquez la règle S.T.O.P.

 

S. stoppez, n'allez pas plus loin.

 

T. temps de réflexion - Essayez de vous rappeler le dernier moment ou vous connaissiez votre position.

 

O. observez. - Regardez autour de vous. Consultez votre carte et votre boussole.

 

P. planifier - Si vous êtes perdu, surtout restez calme. Planifier un plan pour retrouver votre chemin.

 

Écoutez autour de vous, entendez vous une rivière, une route ? Faites du bruit, si vous avez un sifflet : siffler 3 fois, attendez 15 secondes et recommencez 3 fois. C'est le signal de détresse.

Si vous êtes survolé par un hélicoptère, lever les deux bras signifie : j'ai besoin d'aide.

Si vous levez un bras, cela signifie : tout va bien.

Signaux debout, immobile, face à l'hélicoptère, bras tendus.

 

Partir ou rester sur place ? C'est une décision souvent difficile à prendre. Une bonne raison pour rester sur place est qu'il se peut que les services de secours connaissent votre position et soient déjà partis à votre rechercher. Si vous décidez cependant de vous mettre à marcher, vous brûlerez beaucoup de calories et vous exposerez aux éléments, vous ne pourrez pas mettre en place un système de signalisation efficace et permanent, et vous risquez littéralement de courir à votre perte. Mais si, malgré tout vous décidez de partir, formulez un plan qui prenne en compte les critères suivants :

  • La direction dans laquelle vous vous déplacerez
  • La méthode qui vous permettra de suivre l'itinéraire que vous avez déterminé
  • Le programme du nombre d'heures que vous passerez à marcher chaque jour
  • La méthode de signalisation que vous utiliserez.

Vous ne devez pas oublier de prendre en compte le temps pour installer un campement et un système de signalisation à la fin de chaque journée. Si vous décidez de rester sur place, votre plan doit inclure les points suivants par ordre de priorité :

  • Système de signalisation
  • Un abri ou campement permanent
  • Une source d'eau fiable
  • Un accès à des denrées alimentaires locales.

 

6. Les réchauds

 

Il existe aujourd'hui un vaste choix de réchauds, mais avant de vous décider, vous devez garder deux règles importantes à l'esprit.

1. Votre matériel doit être le plus léger possible

2. Eviter les réchauds qui comportent de nombreux accessoires, ils ont tendances à vite se détacher et se perdre lorsqu'on les transporte

 

A gaz

Facile à utiliser, bon marché.

Attention le butane brûle mal à basse température.

 

A combustible liquide

Efficace même avec du vent et en altitude.

Assez onéreux.

 

A bois

Simple à mettre en place, sauf par temps humide. Et souvent interdit dans les réserves naturelles.

 

A combustible solide.

Pastilles sur plaques de métal malléable.

Pratique, léger et fiable.

On peut utiliser les pastilles comme allume feu.

Attention ! Sensible au vent.

 

 

 

7. Les chaussures

 

Prendre de préférence des chaussures de randonnées à tiges hautes. Elles tiennent mieux les chevilles.

Essayer et acheter vos chaussures le soir, car les pieds gonflent en fin de journée.

Prendre une pointure (minimum) au-dessus et mettre deux paires de chaussettes, dont une avec bouclettes.

Elles doivent être rigides et étanches, les chaussures en goretex sont parfaites pour ça.

En randonnée vous êtes sans cesse à refaire les lacets de vos chaussures. Astuce : avant le départ enduisez les lacets de gel à cheveux.

Après une randonnée vos chaussures sont trempées. Astuce : frottez-les avec du papier journal, puis glissez en dedans. Surtout ne les mettez pas près d'une source de chaleur car elles deviendront comme du carton.

 

8. Couteau

 

Dans la nature, il est intéressant d'emporter avec soi deux couteaux. Un couteau à lame fixe, et un à lame pliante pour remplacer le premier en cas de perte. Le couteau peut se révéler indispensable dans une situation de survie, que ce soit pour dépecer un animal, préparer des fruits ou des légumes, faire du bâtonnage. Votre couteau doit toujours être propre et aiguisé. Le mieux est de choisir un couteau pleine soie, la soie est le prolongement de la lame dans le manche, c'est à dire que la lame d'un couteau pleine soie se prolonge tout à l'intérieur du manche, le rendant ainsi plus solide et lui apportant un meilleur équilibre, et donc une meilleure qualité de coupe.

 

         Le couteau "bivouac" est super pour la randonnée. Une bonne lame, une cuillère, une fourchette, un tire-bouchon, un ouvre boîte, le tout dans un étui et vous êtes paré pour déguster votre saucisson en sommet de la montagne !

          Le couteau suisse est une bonne alternative, avec un peu d'ingéniosité, il saura vous sortir de n'importe qu'elle situation.

 

 

 

 

Astuce : Si la lame de votre couteau est rouillée, frottez là avec un oignon coupé en deux que vous aurez trempé dans du sucre en poudre, cela enlèvera les piqûres de rouilles pas trop importantes.

 

9. Le sac à dos

 

Votre sac à dos doit être léger, étanche, confortable, et adapté à votre morphologie. Privilégiez les sacs à dos avec des sangles de rappel de charge, ainsi qu'une sangle de poitrine et une ceinture réglable au niveau des hanches. Cette dernière doit être positionnée au-dessus des hanches, car ce sont elles qui portent le sac, et non vos épaules. Un sac bien réglé permettra de faire porter 60% à 70% du poids du sac sur les hanches. Si vous avez mal aux épaules c'est que votre sac est mal réglé.

Pour ce qui est du rangement, placer les objets que vous utilisez le plus souvent en haut du sac et dans les poches extérieures, et mettez les objets humides ou sales dans le compartiment qui se trouve à la base du sac. Essayez aussi de répartir au mieux le poids, et de ne pas placer tous les objets lourd au même endroit.

Un sac passe beaucoup de temps par terre, veillez donc à ce que le fond soit robuste et étanche. Aujourd'hui des housses imperméables permettent de garder son sac à l'abri lors de grosses averses. Les poches extérieures sont très utiles, elles permettent un accès rapide, sans avoir besoin d'enlever son sac, on peut ainsi accéder à nos gourdes tout en marchant par exemple.

Les sacs à dos étant rarement étanche à 100%, prévoyez l'usage de petits sacs étanches pour ranger votre matériel important, trousse de secours, papiers etc...

Un sac à dos de 25 litres suffit pour des randonnées d'une journée.

 

10. Les nœuds


Avant de partir entrainez-vous le soir. Les noeuds peuvent vous être d'une grande aide dans beaucoup de situations, que ce soit pour la construction d'un abri, la création de dispositifs de sûreté, la fabrication d'outils ou même des gestes de premiers secours. Il est important de s'exercer, pour que leur réalisation soit presque instinctive. L'univers du noeud est extrêmement vaste, familiarisez-vous avec le vocabulaire adéquat : boucle, boucle temporaire, boucle définitive, le dormant, le courant, la ganse etc...

Le nœud idéal est celui qui tient bien et se défait facilement comme par exemple : le noeud de sibérie, nœud de bouline, le nœud en huit, noeud de chaise etc .....

Un bon nœud peut vous tirer d'une situation critique, alors qu'un mauvais peut l'aggraver.

 

fleche   Retour à la page des guides